Albi

ALBI

Albi est surnommée la « ville rouge » du fait des briques ocre apparentes de sa cathédrale fortifiée et de son centre historique. Albi est ainsi remarquable par cette impressionnante cathédrale Sainte-Cécile, construite entre 1282 et 1480, et son palais de la Berbie, ancien palais des archevêques d’Albi, qui dominent le centre-ville historique et les rives du Tarn. Ce palais abrite le musée Toulouse-Lautrec qui regroupe la plus importante collection au monde d’œuvres du peintre postimpressionniste, né dans la commune. Enfin, Albi est surtout un haut-lieu historique dont le nom a été donné aux adeptes du catharisme, les albigeois3 (aussi appelés « cathares »), qui subirent une répression violente au xiiie siècle de la part de l’Église catholique romaine, répression connue sous le nom de croisade des albigeois. La cathédrale Sainte-Cécile fut édifiée par les catholiques dans le cadre de leur lutte contre les cathares.

En , l’ensemble architectural de la cité épiscopale d’Albi a été ajouté à la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO. Cet ensemble comprend dans son périmètre : la cathédrale Sainte-Cécile ; le palais de la Berbie ; l’église Saint-Salvi et son cloître ; les rives du Tarn ; le pont Vieux ; plusieurs édifices classés « monuments historiques ».

Située sur la partie orientale du Midi toulousain, Albi est exposée à un climat méditerranéen altéré ; la ville est drainée par le Tarn et certains de ses affluents, le ruisseau de Carrofoul, le ruisseau de Caussels, le ruisseau de Jauzou, le ruisseau du Séoux, le ruisseau de Cunac, le ruisseau de la Mouline, le ruisseau Lavergne, le ruisseau Rieumas et par divers autres petits cours d’eau. En outre, la commune possède un patrimoine naturel remarquable, composé d’une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique.

Les habitants d’Albi sont appelés les Albigeois et les Albigeoises.

Durant un siècle, l’Albigeois, aux confins des terres des vicomtes Trencavel et des comtes de Toulouse, a subi des conflits importants. L’opposition des deux grandes familles nuit à l’économie, d’autant que la guerre s’étend aux puissants voisins qui lorgnent vers ce riche territoire : Guillaume IX d’Aquitaine puis Pierre II d’Aragon. En parallèle, les excès du haut-clergé occitan détournent de nombreux croyants de l’Église catholique. Certains sont attirés par la simplicité de l’hérésie cathare.

En 1167, le concile de Lombers est une tentative de réconciliation qui se tint en Albigeois. Ce lieu donnera son nom à la croisade des Albigeois à la guerre de conquête des armées venues du nord de la France à l’appel du pape Innocent III. Entre 1209 et 1229, les combats ravagent les terres occitanes. L’économie est exsangue et le commerce inexistant. En 1229, lors du traité de Paris, la paix est signée. La lutte contre les cathares est confiée à l’inquisition dont le travail montrera une bien meilleure efficacité pour extirper l’hérésie.

Sous l’impulsion de la maison Alaman, gestionnaire des biens des derniers comtes de Toulouse, des bastides sont fondées pour abriter la population dépossédée par les combats, répondre à l’accroissement démographique et attirer des artisans. Le commerce le long du Tarn et de la Garonne se développe et le redressement économique est spectaculaire. Le développement des villes entraîne une demande accrue en matériaux de construction et la redécouverte de la brique de terre cuite, tant prisée des Romains, porte ici le nom de brique foraine. Facile à fabriquer sur place et aisée à mettre en œuvre par des maçons moins qualifiés que pour la pierre, elle permet une avancée plus rapide des chantiers.

Elle marque le milieu du xiiie siècle. La première cathédrale gothique est bâtie en pierre, matériaux jugé plus noble pour un édifice religieux. Toutefois, pour la cathédrale actuelle, le chantier utilise la brique à dessein : il faut bâtir vite et pas cher. Le but est de montrer la puissance de l’église catholique, de protéger son sanctuaire par des murs épais et de montrer le sentiment de pauvreté en réponse au catharisme qui prône ce mode de vie. Un temps restée parent pauvre de l’architecture destinée aux maisons, la brique conquiert sa noblesse dans un 

La Cathédrale Sainte-Cecile

La cathédrale Sainte-Cécile d’Albi est un monument religieux situé dans la ville d’Albi, dans le sud de la France. C’est la plus grande cathédrale en briques au monde et l’un des exemples les plus impressionnants de l’architecture gothique méridionale. Voici quelques faits importants sur la cathédrale Sainte-Cécile :

  • Histoire : La construction de la cathédrale Sainte-Cécile a débuté en 1282 et s’est poursuivie pendant près de deux siècles, avec des ajouts et des modifications ultérieures. Elle a été construite en remplacement d’une cathédrale romane précédente.
  • Architecture : La cathédrale Sainte-Cécile est principalement construite en brique, un matériau inhabituel pour une cathédrale gothique. L’extérieur de la cathédrale est orné de sculptures et de détails architecturaux impressionnants, tandis que l’intérieur est caractérisé par ses voûtes gothiques élancées et ses fresques remarquables.

  • Fresques : L’intérieur de la cathédrale est décoré de fresques exceptionnelles, dont certaines remontent au XVe siècle. Les fresques représentent des scènes bibliques et religieuses et sont considérées comme l’un des trésors artistiques de la cathédrale.

  • Forteresse : La cathédrale Sainte-Cécile a été conçue avec un caractère défensif en raison de la persécution des cathares dans la région. Ses murs épais et ses fenêtres étroites en font une structure qui ressemble à une forteresse. Cela témoigne de l’histoire complexe de la région et de la lutte entre l’Église catholique et les hérétiques cathares.
  • Patrimoine mondial de l’UNESCO : En 2010, la cathédrale Sainte-Cécile d’Albi a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en tant que partie du bien en série « Les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France ». Cela reflète sa valeur en tant que chef-d’œuvre architectural et culturel.
  • La cathédrale Sainte-Cécile est l’une des attractions les plus emblématiques d’Albi, attirant des visiteurs du monde entier pour admirer son architecture, ses fresques et son histoire. Elle est également le siège de l’évêché d’Albi et reste un lieu de culte actif.

 Le Musée Toulouse-Lautrec

  • Henri de Toulouse-Lautrec était un célèbre peintre, dessinateur et illustrateur français du XIXe siècle, principalement actif à la fin du XIXe siècle. Il est surtout connu pour ses représentations de la vie bohème à Paris, en particulier dans le quartier de Montmartre, célèbre pour ses cabarets et sa vie nocturne. Toulouse-Lautrec est particulièrement associé au Moulin Rouge, un célèbre cabaret parisien.
  • Il était un artiste prolifique, et son style distinctif incluait l’utilisation de couleurs vives, de lignes audacieuses et d’une approche réaliste de la représentation de la société de l’époque, en particulier des danseuses, des chanteurs, des actrices et d’autres figures de la scène parisienne. Il a également créé de nombreuses affiches publicitaires pour des spectacles et des événements de l’époque, devenant ainsi un pionnier de l’art de l’affiche.
  • Ses œuvres sont aujourd’hui très prisées et exposées dans des musées du monde entier, et il est considéré comme l’un des artistes les plus importants de la période post-impressionniste en France.

Elle était au clair de lune et était difficilement absorbée par les sportifs. Intéressé a toute nature grandiose et joyeuse. Vous n’êtes pas affecté par la modification du compliment. Placer la voix sans surgir le long de magnifiques paysages Urbains.

Creons nos
Bons Souvenirs